Justice transitionnelle : Un an après sa création, la commission revient sur la surveillance policière des campus dans les années 1980

17
(Image : Page Facebook de la Commission ministérielle pour la justice transitionnelle - https://www.facebook.com/twtjc)

Fin mai 2018 était établie la Commission pour la justice transitionnelle, inauguré par la présidente Tsai Ing-wen (蔡英文) et le premier ministre de l’époque William Lai (賴清德). Un organisme mis en place avec la tâche de poursuivre la vérité historique concernant la période de la loi martiale à Taiwan, restaurer les injustices judiciaires ou encore rendre les archives politiques plus accessibles. Un an après, les deux personnalités du Parti démocrate progressiste sont devenues rivales dans la campagne pour l’élection primaire de leur parti, en vue des prochaines présidentielles de 2020.

Ces derniers jours, la Commission a publié son second rapport semestriel d’activités, accompagnant le document de 46 pages de deux documentaires qui font découvrir aux jeunes générations la surveillance politique des campus taiwanais pratiquée par le Kuomintang (KMT) dans les années 1980. Ces courts-métrages mettent en valeur le travail de la Commission au niveau des archives politiques, qui reste difficile malgré la volonté politique du gouvernement actuel. Retour dans ce décryptage sur cette sombre pratique et sur l’importance politique de la Commission.