La commission des pêches du Pacifique Nord s’engage à protéger le Cololabis saira

17
Déchargement de poissons Sanma à Kaohsiung (photo: CNA)

Huit pays membres comprenant Taiwan, la Chine, le Japon, les États-Unis, le Canada ou la Corée du Sud ont participé à l’assemblée annuelle de la Commission des pêches du Pacifique Nord (NPFC) qui s’est conclue hier à Tokyo. Les membres ont trouvé un accord au sujet de la préservation du Cololabis saira, qui se dit sanma en japonais ou chiu dao yu en mandarin.

Les huit pays s’imposent un quota de pêche chiffré à 556 000 tonnes en 2020. Sur ces 556 000 tonnes, la répartition est de 330 000 tonnes en haute mer et 226 250 tonnes dans les eaux territoriales de chaque pays.

Lors de la réunion du comité scientifique de la Commission des pêches du Pacifique Nord en avril dernier, les scientifiques ont indiqué que la pêche annuelle de chiu dao yu de 2017 en volume est la plus faible des quatre dernières décennies. Du côté de Taiwan, le bureau de la pêche a indiqué qu’environ 90 chalutiers taiwanais opérent dans le Pacifique Nord entre juillet et novembre chaque année. La pêche annuelle taiwanaise de l’espèce est d’environ 160 000 tonnes.