Taiwan refuse la condamnation de Lee Ming-che et réclame sa libération

8

Le tribunal populaire intermédiaire de Yueyang, dans le Hunan, a reconnu l’activiste taïwanais Lee Ming-che (李明哲) coupable de « subversion contre le pouvoir de l’Etat » et l’a condamné à cinq ans d’incarcération en le déchoyant de ses droits civiques pour une durée de deux ans.

Impassible pendant la lecture du verdict, Lee Ming-che a fait savoir qu’il ne fera pas appel de la sentence.

 

Côté taïwanais, le Palais Présidentiel a qualifié d’inacceptable ce verdict estimant que partager son idéal pro-démocratique ne constituait en rien un crime, comme l’a fermement stipulé le porte-parole présidentiel Sydney Lin (林鶴明) : « Nous jugeons inacceptable le fait que notre concitoyen Lee Ming-che, qui partage des idéaux de démocratie et de liberté dans sa préoccupation pour le développement de la démocratie et de la société civile en Chine continentale, se retrouve jugé pour « subversion de l’Etat » par le tribunal chinois. Nous demandons également à Pékin de libérer Lee Ming-che le plus tôt possible pour qu’il puisse rentrer à Taïwan. »

 

 

Lee Ming-che avait été arrêté le 19 mars dernier lors de son arrivée à Macao et n’était réapparu que le 11 septembre, jour de sa mise en accusation, lançant la procédure judiciaire à son encontre.