La femme de l’activiste Lee Ming-che lance un appel à l’Union Européenne

25

Hier à Bruxelles, Lee Ching-yu (李凈瑜), femme de l’activiste défenseur des droits de l’homme Lee Ming-che (李明哲), a lancé un appel à la Commission Européenne pour qu’elle incite Pékin à respecter la liberté d’expression et à relâcher son mari, détenu sur le sol chinois depuis janvier dernier et condamné par la justice chinoise à une peine de 5 ans.

Cet appel a été lancé à l’occasion d’un séminaire sur la liberté de croyance et les droits de l’homme en Chine, événement organisé par Bas Belder, député européen néerlandais et membre du groupe eurosceptique des conservateurs et réformistes européens. Selon sa femme, le cas de Lee Ming-che est différent des autres détenus politiques en Chine étant donné qu’il n’est pas chinois mais étranger et qu’il est inacceptable qu’il soit jugé comme un citoyen chinois. Pour elle, la condamnation de son mari est l’un des moyens trouvé par Pékin pour exercer une pression sur les Taiwanais et les ONG qui défendent les droits de l’homme et pour revendiquer Taiwan comme partie de son territoire. D’après elle, l’implication de la communauté internationale dans cette affaire est cruciale en raison du refroidissement des relations entre les deux rives du détroit de Taiwan.