Décryptage: le bras de fer continue entre le ministère de l’éducation et l’Université nationale de Taiwan

31
Sit-in pour défendre l'autonomie des universités (photo CNA)

Nomination contestée du futur président de NTU

Le conseil d’administration de l’Université nationale de Taiwan (NTU) a voté en janvier dernier pour la candidature de Kuan Chung-ming à la présidence de la prestigieuse Université taiwanaise. Un vote accueilli non sans surprise par certains, avec méfiance par d’autres mais aussi avec engouement pour d’autres encore.
Fort de cette nomination, le futur président de l’Université la plus prestigieuse du pays avait dans la foulée dressé son programme qu’il veut à hauteur des ambitions de l’Université, de son passé et de ses capacités à développer le terreau universitaire des talents de demain.

Le ministère de l’éducation invalide le choix, les universités crient à l’ingérence

Les tensions sont palpables et les deux camps pour/contre s’organisent. Le tout monte d’un cran semaine après semaine, certains soupçonnant le président-élu Kuan Chung-ming (管中閔) de plagiat. En réalité, le ministère de l’éducation pointe du doigt un conflit d’intérêt et un vice de procédure dans le choix du conseil d’administration de l’Université et le nouveau ministre Wu Maw-kuen (吳茂昆) met en avant son droit de veto, après avoir changé de ministre, le dossier ayant en partie coûté son poste au ministre Pan Wen-chung (潘文忠).
En réponse, les universitaires et les étudiants se dressent en défenseurs du principe d’autonomie des universités, rejoints par d’autres universités dans leur démarche et sit-in de protestation.

 

Le Décryptage de ce mardi revient en détails sur les nœuds du dossier qui n’est à ce jour pas encore résolu, après quatre mois de tensions croissantes…