Géopolitique : la stratégie d’accommodation du pape François en Chine: enjeux et limites

48
Saint-Pierre de Rome. Image Wikimedia commons

Depuis 2013, plus de 2000 croix catholiques auraient été arrachées des toits des édifices religieux en Chine. Les destructions d’églises restent fréquentes, une des dernières date du 11 janvier 2018 à Linfen dans la province du Shanxi. Ces derniers mois, les pressions sur les membres de la communauté catholique se sont encore intensifiées. C’est dans ce contexte particulier que les rumeurs d’un accord imminent entre le Saint-Siège et la Chine sur la nomination des évêques liée à un accord diplomatique entre la Chine populaire et le Vatican se font jour. Le Vatican entend-il « sacrifier » les catholiques les plus fervents appartenant à l’Église souterraine (3 millions de membres) sur l’autel d’une amélioration des relations avec la République populaire ?