Les Incultes déclinent poésie, Taiwania et l’improbable

56

Les poèmes de Mitsuya Daigoro

Fabien nous parle cette semaine d’un poète japonais qui a résidé de nombreuses années à Taiwan et y a écrit la majeure partie de son oeuvre. Il s’agit de Mitsuya Daigoro, qui s’installe à Taiwan en 1896 et y demeure jusqu’à sa mort en 1943, peu avant que le Japon ne se retire de l’île.

Cet enseignant qui était aussi rédacteur en chef de revue et éditorialiste, a essentiellement écrit des kanshi, ou Han shi (漢詩), c’est-à-dire des poèmes de quatre ou huit vers en chinois classique. La tradition du kanshi remonte au Japon au Moyen-Âge et s’est perpétué jusqu’aux lettrés du 20ème siècle.
Nous parlons souvent d’auteurs taiwanais qui, ayant grandi sous l’occupation japonaise, ont longtemps hésité entre le japonais et le mandarin pour s’exprimer, mais pour une fois, Daigoro démontre que l’inverse est aussi vrai et que l’influence a lieu dans les deux sens.

 

Savez-vous ce qu’est le TAIWANIA?

Les Incultes livrent leur impression d’emblée sur ce qu’évoque le terme Taiwania à leurs yeux avant de creuser sur ce qui se cache derrière ce superordinateur conçu par le Laboratoire national de recherche appliquée et qui doit servir à épauler les recherches en matière de pollution atmosphérique mais aussi et surtout dans la lutte contre les maladies comme Alzheimer ou Parkinson.

Le superordinateur ‘taiwania’ (image internet)

 

Le top des choses improbables sur Taiwan

Vous ne le savez sans doute pas ou peu. Mais Bastien vous dévoile ces choses qui relèvent de l’improbable ou qui peuvent susciter sinon l’incrédulité du moins l’étonnement au sujet de Taiwan. Ce n’est pas exhaustif mais ça vaut le détour !

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here