Le passif est plutôt contraignant en Chine

27
Des militants hongkongais ont érigé un buste de Liu Xiaobo à l'occasion des commémorations de Tian'anmen et en réponse aux "voyages forcés" opérés par Pékin pour museler les activistes chinois (Image CNA)

Cette semaine, Chino’Actu jongle avec un peu de grammaire chinoise et les « excès » de la voix passive. En réalité, le tout part du phénomène connu mais souvent passé sous silence dans les médias internationaux des « voyages forcés » ou « disparitions forcées » sur le sol chinois, à l’approche des événements que Pékin juge sensibles.

A cet égard, la date de lundi dernier, le 4 juin, ne fait pas exception puisqu’il s’agissait des commémorations du massacre de Tian’anmen. Comme à son habitude, le PCC a « invité » en voyage forcé et strictement encadré les grandes voix dissidentes pour les éloigner des médias et éviter une mauvaise publicité aux yeux du monde…

Pour désigner ces voyages forcés, en chinois c’est la voix passive qui est utilisée, aussi rocambolesque que cela paraisse. Littéralement, il sera dit de tel dissident qu’il « est voyagé ». Outre l’excès grammatical, l’image du voyage qui ressemble à tout saut à un acte libre rend bien également en français.

Typhaine et Fix vous en disent plus, tout en détails dans l’émission de ce vendredi!