Course de bateaux-dragons sur l’eau mais aussi sur la terre

148
L’équipe de l’Institut Américain à Taiwan (AIT) atteignant la ligne d’arrivée (photo : CNA)

La fête du bateau-dragon est établie selon le calendrier traditionnel. Elle tombe le 5e jour du 5e mois lunaire et annonce le retour de la chaleur estivale.

Il est d’une tradition de longue date d’organiser à cette occasion la course de bateaux dans un port ou sur une rivière, voire sur la terre. Cette compétition sportive et ludique s’inscrit dans le calendrier de nombreuses collectivités locales.

Comme l’indique son nom, le bateau-dragon représente cet animal mythique chinois. Cependant, il ne suffit pas de lui donner juste cette forme. Pour qu’il ait aussi la force et la puissance extraordinaire, il faut lui donner une âme. Ainsi, l’embarcation nouvellement construite doit subir un rite durant lequel un spécialiste ou une personnalité importante lui donne un coup de pinceau symbolique sur les yeux. Souvent, il s’agit d’ajouter un rond blanc au milieu du fond noir, ce qui créerait l’impression que les yeux du dragon se mettent à briller.

Lee Chin-yung (李進勇), magistrat du comté de Yunlin, procède à l’animation du dragon (photo : CNA)

Cette année, plus de 200 équipes participent à la compétition internationale sur la rivière de Keelung à Taipei. Parmi elles figurent quelques-unes assez particulières. Sunvis, une association consacrée aux personnes âgées, a envoyé son groupe formé de 29 seniors. Leur âge total est 1 948 ans ! soit 67 ans en moyenne. Le plus jeune a 54 ans alors que le plus âgé 86 ans.

L’équipe de seniors de l’association Sunvis (photo : CNA)

Une autre équipe aussi extraordinaire est celle représentant la fondation Eden. Elle est composée de 10 non-voyants ou malvoyants ainsi que de 12 voyants. Afin que tous les rameurs aient le même rythme dans leurs mouvements, l’entraîneur a demandé aux voyants de fermer les yeux tout le long de la course. Il paraît que ceci leur permet d’avoir une plus grande concentration grâce à l’élimination des éléments visuellement dérangeants.

L’équipe de la Fondation Eden (photo : CNA)

Pour les communes qui ne disposent pas de rivière ou de port pour l’aviron, une solution a été trouvée et en voie de se répandre. Leurs bateaux-dragons sont équipés de roues assez discrètes pour devenir une espèce de mini wagon ouvert. L’impulsion du véhicule provient des perches manipulées par les personnes à bord. Grâce à la simplicté du jeu, quasiment tout le monde peut y prendre part.

Bateau-dragon pour la course sur la terre du quartier Nanwan dans l’arrondissement de Yungkang à Tainan (photo : CNA)