Taiwan ne se sent pas fragilisé par le dialogue entre le Vatican et la Chine

104
Pape François (photo AFP)

Alors qu’un nouveau cycle de discussions vient d’être entamé entre le Vatican et la Chine, la diplomatie taiwanaise affiche sa sérénité quant à la teneur des relations entretenues entre Taiwan et le Saint Siège.

Le porte-parole des Affaires étrangères Andrew Lee (李憲章) a tenu à rappeler que pour le Vatican, dialoguer avec la Chine vise avant tout la résolution des questions d’ordre religieux et témoigne de l’intérêt de l’Eglise catholique pour ses fidèles sur le continent : « En ce qui concerne les récentes discussions entre le Vatican et la Chine, le ministère des Affaires étrangères et notre ambassade au Vatican suivent étroitement le développement et forgent un regard complet de la situation concrète. »

Toujours selon Andrew Lee, Taiwan et le Vatican entretiennent des liens étroits à propos de ce sujet sur la base de la confiance mutuelle, ajoutant que « le Saint Siège a souligné à plusieurs reprises que son dialogue avec la Chine concerne les affaires religieuses comme la question de la nomination des évêques et qu’il n’implique pas le volet politique. Le gouvernement reste bien sûr prudent sur le contenu des discussions actuelles. »