Le fabricant taiwanais Giant frappé par la taxe européenne sur les vélos électriques chinois

87
Enseigne du fabricant taiwanais Giant (archive CNA)

Une taxe anti-dumping de 27,5% sur les vélos électriques

Le fabricant taiwanais n’est certes pas chinois, mais l’UE a décidé de lui imposer également une taxe sur ses vélos électriques qu’il exporte depuis la Chine, à hauteur de 27,5% comme « droits anti-dumping provisoires ».

Or, jusque-là, la politique de Giant était de fabriquer en Chine dans l’une de ses six usines dont la capacité devait couvrir à la fois le marché chinois et le reste du monde, donc à l’exportation.

Une politique qui s’avère perdante pour Giant

Comptant sur ses six usines en Chine, le fabricant taiwanais voit sa stratégie doublement mise à mal: tout d’abord, le marché chinois n’est pas à la hauteur des attentes et franchement pas florissant pour le vélo électrique. A cela s’ajoute donc, la taxe européenne de 27,5% à l’exportation de ses vélos vers le marché européen à compter de ce jeudi.

Nouvelle stratégie: fabriquer sur place

En amont déjà, Giant a tenté d’agir et a annoncé le 4 juillet dernier sa future implantation en Hongrie, dans sa nouvelle politique de fabriquer ses produits sur le marché visé. En réalité, le fabricant taiwanais est déjà présent en Europe, plus précisément aux Pays-Bas.

Mais en vue du marché européen, la marque décide de s’implanter en Hongrie, à quelques 80 Km de Budapest avec un investissement de départ de 15 millions d’euros et une stratégie en trois étapes pour viser une production au 2nd semestre 2019 pour un objectif de 300 000 unités dans un premier temps.

 

Entre obstacles, défis et opportunités, retrouvez les détails de notre dossier dans le Décryptage de ce jeudi 19 juillet.