Quand le cerf Sika formosan est de retour…

17
Cerf Sika formosan (source image: Wikipedia)

Le cerf Sika formosan est un petit cervidé dont la taille est plus petite que le daim et qui possède une robe tachetée. Cette sous espèce endémique à Taiwan est citée pour la première fois dans l’histoire en 1349 lors de la dynastie des Yuan. Sous la dynastie suivante, l’érudit et voyageur Chen Di de la dynastie des Ming a décrit dans son ouvrage les techniques de chasse de ce cerf chez des aborigènes taiwanais en précisant que chacun des villages se nourrissait pleinement des cerfs. A l’ère de l’occupation des Hollandais au 17e siècle, la compagnie orientale des Indes qui ciblait le marché japonais de la peau de cerf encourageait les aborigènes et les Chinois de la côte du sud-est à chasser les cerfs Sika formosans à Taiwan pour en exporter la peau. A son apogée, cette exportation atteignait plus de 200 000 unités par an. Cette demande d’exportation conjuguée à l’exploitation des plaines taiwanaises ont fini par menacer la survie de cet animal à Taiwan. Le dernier cerf capté dans son milieu naturel remonte à 1969.

Dans les années 80, le gouvernement taiwanais a initié un programme de renaissance des cerfs et aujourd’hui, la trace des cerfs Sika formosans se retrouve dans l’extrême sud du pays, à l’île verte ou encore à Mazu. Qui l’aurait-cru? Plus de 30 ans après le lancement du programme, cet animal menacé pose de nouveaux soucis pour les Taiwanais. La culture des produits agricoles économiques et la préservation environnementale du parc naturel national de Kenting poussent de nouveau les chercheurs à réfléchir à un ajustement du programme de renaissance des cerfs Sika formosans.