Le Président panaméen demande le respect de la souveraineté de son pays à la suite du rappel de l’ambassadeur américain

44
Président panaméen Juan Carlos Varela (Source image:CNA)

Le 7 septembre dernier, le Département d’Etat américain a annoncé le rappel de ses ambassadeurs au Panama, en République dominicaine et au Salvador dans le but de connaître les raisons de la rupture diplomatique de ces pays avec Taiwan. Le Président du Panama Juan Carlos Varela a de son côté indiqué hier que les Etats-Unis et le Panama restent des partenaires fermes dans la lutte contre les crimes organisés, la drogue et le terrorisme. Néanmoins, en tant que pays souverain, le Panama est propre maître de toutes les décisions défendant les intérêts du pays. Le Panama respecte la souveraineté des autres pays et exige des autres d’agir de même.

De leur côté, les autorités taiwanaises refusent de commenter la décision américaine alors que les médias la considèrent comme un acte pro-Taiwan. Chao Wen-Chih (趙文志), directeur de l’Institut des stratégies et des études internationales de l’Université Chung Cheng reste réservé quant aux effets de cet acte :« Il s’agit au fond d’un acte et d’une action diplomatique qu’entreprennent les Etats-Unis dans le cadre de leurs propres intérêts nationaux. » Chao Wen-Chih n’estime pas que cet acte américain puisse avoir un impact sur les neufs alliés diplomatiques taiwanais en Amérique latine. La Chine ne baissera pas facilement les bras en pleine période de lutte sino-américaine : « Si l’action américaine revêt un impact, ce qui inquièterait la Chine serait que les Etats-Unis la considèrent comme prête à céder lors de ses établissements de relations diplomatiques avec les autre pays. »