La moitié des Taiwanais seraient porteurs d’un gène leur permettant de ne pas grossir

53
(image Wikimedia)

La moitié de la population taïwanaise est dotée d’un gène qui aide à contrôler le poids et lui permet ainsi de se livrer au plaisir de manger tout en maintenant l’obésité à distance.
Une étude menée par l’Association d’épidémiologie de Taiwan et des chercheurs de l’Institut des sciences biomédicales de l’Academia Sinica a examiné 10 000 échantillons fournis par Taiwan Biobank et en a conclu que 50% des Taiwanais possèdent le gène muté DOK5, qui aurait une incidence sur la sensibilité de l’insuline. Selon le chercheur Shen Chi-yang (沈志陽), sous l’influence du gène DOK5 muté, l’insuline, qui régule le métabolisme des glucides et des graisses, tend à augmenter la quantité de glycogène stockée dans les muscles et le foie, aidant ainsi le corps humain à brûler les graisses.
Les résultats indiquent que les individus porteurs du gène muté DOK5 sont plus susceptibles de conserver leur poids, même s’ils ont pris l’habitude de grignoter tard le soir et ne font pas d’exercice. Néanmoins, ces personnes pourraient toujours être victimes d’obésité si elles continuaient à suivre un régime alimentaire malsain et à faire peu d’exercice, a averti le chercheur.