Le boulanger taiwanais primé champion du monde en France se déclare chinois

132
Boulangerie de Wu Po-chun à Shanghai (Image CNA)

L’oppression politique est la principale raison qui fait reculer les échanges interdétroit. Cette déclaration de Tsai Ing-wen (蔡英文) vient marquer sa position dans le dossier du célèbre boulanger taiwanais Wu Pao-chun (吳寶春) qui s’apprête à ouvrir une boulangerie à Shanghai. Pour éviter le « boycott » lancé par les internautes chinois qui le qualifient d’« indépendantiste », le boulanger taiwanais a déclaré son soutien au consensus de 1992, donc « une seule Chine ».

Interrogée sur cette question, la Présidente taiwanaise Tsai Ing-wen a calqué ce dossier aux relations interdétroit : « Nous constatons sans cesse qu’il y a des personnes qui formulent des déclarations standardisées sous pression. Les Taiwanais comprennent tous le motif derrière ces déclarations qui relèvent de la pression politique. Ces actions ne seront jamais acceptées ni par les Taiwanais ni par qui que ce soit dans ce monde. Par conséquent, cette menace omniprésente est l’une des principales raisons du recul des relations interdétroit. »

Wu Pao-chun est célèbre pour avoir décroché le titre de champion dans le cadre de la Coupe du Monde de la Boulangerie à Paris en 2010. Sur sa page officielle Facebook, il précise qu’il est un « boulanger de Chine-Taiwan ».