Sept orientations pour modifier la loi sur les référendums

6
Chen Chao-chien (陳朝建), président par intérim de la commission centrale électorale (Image : CNA)

Voici presque trois semaines que les élections générales ont bouleversé le paysage politique local à Taiwan. Suite aux nombreuses critiques touchant à l’organisation et à la tenue des référendums du 24 novembre, la commission centrale électorale a présenté aujourd’hui devant le Yuan législatif sept orientations pour modifier la loi sur les référendums.

Chen Chao-chien (陳朝建), président par intérim de la commission, a défendu les changements qu’il estime nécessaires. Ainsi par exemple, concernant le délai de la tenue du référendum, un référendum approuvé par la commission centrale électorale doit être organisé dans les 1 à 6 mois. Une des propositions consiste à allonger ce délai.

« Tout d’abord il faut faire un ajustement raisonnable de ce délai. Par exemple faire passer le délai actuel de 1 à 6 mois à un délai de 4 à 8 mois ou de 3 à 6 mois. Deuxièmement, en l’état actuel et en cas d’élections nationales à venir, la loi indique que les référendums « doivent » être organisés en même temps que les élections. Le mot « doivent » devrait également être changé en « peuvent » afin de permettre une plus grande flexibilité ».

Le président de la commission propose également de limiter le nombre de caractères de la question référendaire à 30 caractères, afin de simplifier et de fluidifier le processus de vote. La limite actuelle est de 100 caractères. Une autre proposition consiste à demander aux signataires d’une proposition de référendum une copie de leur carte d’identité. Cette proposition vise à éviter les fausses signatures et l’utilisation de noms de personnes déjà décédées, comme cela a été le cas pour les propositions de référendums il y a quelques mois. La commission centrale électorale entend préparer une proposition d’amendement dans les six mois à venir.