Les dernières orientations de la commission pour la justice transitionnelle font débat

36
Justice transitionnelle (images CNA)

La commission de justice transitionnelle vient de présent son rapport bisannuel sur sa mission visant à mettre en forme la justice transitionnelle en restructurant les sites marqués par le passé autoritaire de l’île, à commencer par la transformation du mémorial Tchang Kaï-chek, au cœur de la capitale taiwanaise.

Contexte

Après avoir été dans le collimateur de l’opposition avant les élections pour « faire la chasse aux sorcières et une oppression politique sous couvert de justice transitionnelle », la commission était attendue au tournant. On se souvient en effet que l’ancien président de la commission avait décrié le candidat KMT à la mairie du Nouveau Taipei comme pire exemple de justice transitionnelle, appelant à une vindicte contre lui et à tout mettre en oeuvre pour lui barrer la route. Comme objectivité intrinsèque à la mission de la commission, on a vu mieux. D’ailleurs, il a été contraint de démissionner, mais le mal était fait. Nommé par la présidence et le parti au pouvoir et proche des plus hautes sphères de l’état, sa déclaration a jeté le discrédit sur tout le travail de la commission et sa réelle volonté d’avancer en toute honnêteté intellectuelle.

Les orientations du nouveau rapport

Le rapport bisannuel a été présenté par la nouvelle présidente de la commission, Yang Tsui (楊翠), qui a présenté les cinq principes qui ressortent des 16 réunions conduites à différents niveaux pour repenser le hall qui abrite de nombreux éléments liés à l’autoritarisme du passé en commençant par retirer du hall toutes les connotations autoritaires tout en respectant le passé historique et le développement de la nation, en promouvant la démocratie et les droits de l’Homme ainsi que l’éducation à l’état de droit.

De même pour la devise taiwanaise et les pièces à l’effigie de l’ancien Généralissime. La commission préconise le remplacement des pièces de 1NTD et 5NTD ainsi que la fin de la circulation des anciennes versions de la pièce de 10NTD, sachant que les nouvelles versions présentent d’autres effigies. Pour le billet de 200NTD, très peu en circulation, le changement semble poser moins de difficultés.

Les manuels scolaires travaillent déjà à une présentation revue de la période de la Terreur Blanche, basée sur l’éducation aux droits de l’Homme et soulignant les responsabilités du gouvernement de l’époque dans les actions ayant bafoué ces droits auprès de nombreuses victimes.

Le ministère de la Défense, de son côté, s’inquiète que la suppression de toutes les statues de Tchang Kaï-chek ne répondent à une élimination du passé alors qu’il a tout de même œuvré pour la constitution des trois armées, entre autres…

Tous les détails à retrouver dans le Décryptage de la rédaction.