Tout accord politique interdétroit devrait être soumis au référendum

5
Le président de la commission ministérielle des affaires continentales Chen Ming-tong (陳明通) (Image : RTI)

Après concertation entre les branches exécutive et législative hier, les deux pouvoirs ont défini une liste de 141 projets prioritaires lors de cette session parlementaire. Parmi ces 141 projets, 47 sont de priorité absolue, 46 de priorité ordinaire auxquels s’ajoutent 48 projets d’amendement des lois organiques. Parmi les projets de priorité absolue, cinq projets dénommés « protecteurs de Taiwan » suscitent l’attention des Taiwanais.

Il s’agit de l’organisation d’un référendum devant précéder toute signature d’accord de paix interdétroit, de l’extension de la période du contrôle des fonctionnaires retraités pour se rendre en Chine, du contrôle de toute sortie du territoire des fonctionnaires retraités, de l’interdiction de tout Taiwanais détenteur de carte de résidence chinoise à participer aux élections taiwanaises et enfin, de l’alourdissement des sanctions sur tout investissement illégal chinois à Taiwan. Etant donné que le président du Kuomintang Wu Den-yih (吳敦義) a déclaré récemment que son parti est prêt à signer un accord de paix avec Pékin s’il parvient au pouvoir, le projet de loi concernant l’organisation d’un référendum obligatoire à tout accord politique semble viser le KMT. Le président de la commission ministérielle des affaires continentales Chen Ming-tong (陳明通) a indiqué l’importance de ce projet d’amendement : « Le projet d’amendement ne vise pas à bloquer quoi que ce soit. En tant que pays démocratique, le peuple est le décideur final. Le volet politique étant extrêmement sensible, un consensus partagé s’avère nécessaire. J’insiste toujours sur ce point. » L’amendement des réglementations régissant les populations des deux rives du détroit est listé comme priorité absolue, néanmoins, le contenu exact de l’amendement doit encore être élaboré par la commission ministérielle des affaires continentales avant d’être soumis au Parlement.