Taiwan se souvient du 28 février

34
Commémoration du massacre du 28 février 1947 au parc 228 (Image : RTI)

A l’occasion de la commémoration du massacre du 28 février 1947, la présidente Tsai Ing-wen (蔡英文) s’est rendue ce matin à l’église presbytérienne de Gikong (義光教會) de Taipei. Elle y a participé à un culte spécial en hommage à la famille de l’activiste et ancien président du DPP Lin Yi-hsiung (林義雄), dont la mère et deux de ses filles ont été assassinées dans cette ancienne maison reconvertie en église. Le meurtre a eu lieu un 28 février 1980, peu après la participation de Lin Yi-hsiung à l’incident de Kaohsiung et à son arrestation. Outre la présidente, la famille et les amis de Lin Yi-hsiung, étaient également présents le président du Yuan législatif Su Jia-chyuan (蘇嘉全) ou encore la secrétaire de la présidente et ancienne maire de Kaohsiung Chen Chu (陳菊chenju22).

Tsai Ing-wen a également partagé sur son compte Facebook l’histoire de Tan Ting-pho (陳澄波chen2 cheng2bo1), un célèbre peintre taiwanais exécuté en public le 25 mars 1947 par l’armée nationaliste dans sa ville natale de Chiayi après avoir tenté de mener des négociations de paix avec le KMT. L’après-midi, une cérémonie commémorative du massacre a été organisée au parc du Mémorial de la paix 228. La présidente a déclaré que la justice transitionnelle était un travail qui concerne tous les pays démocratisés :

« Faire face au passé autoritaire de l’Etat est une tâche à laquelle tous les pays démocratisés doivent faire face. Les choses passées ne s’en iront pas d’elles-mêmes. Et quand bien même les blessures externes seraient cicatrisées, les blessures intérieures elles, ne disparaissent pas d’elles-mêmes. La justice transitionnelle existe justement pour réparer une fois pour toutes les blessures, pour nous rappeler que nous avons souffert et donc pour ne pas commettre les mêmes erreurs. »

Hier (mercredi 27 février), la Commission pour la justice transitionnelle a publié sur son site une liste de 1056 personnes qui, après avoir été déclarées coupables suite aux évènements de 1947, ont été réhabilitées et reconnues innocentes.