Le ministère de l’Education enquête sur une affaire d’exploitation d’étudiants salariés indonésiens à l’Université technologique de Chienkuo

18
Yang Yu-huei (楊玉惠), directrice du département technique du ministère de l’Education (Image : RTI)

L’Université technologique de Chienkuo (建國科技大學), située dans le comté de Changhua dans le centre de Taiwan, risque une lourde sanction pour violation des droits de ses étudiants salariés indonésiens.

Yang Yu-huei (楊玉惠), directrice du département technique du ministère de l’Education, a précisé hier que les étudiants concernés s’étaient inscrits à l’université Chienkuo via la procédure habituelle destinée aux étudiants étrangers, et non pas en tant qu’étudiants des classes professionnelles mises en place dans le cadre de la nouvelle politique vers le sud.

Le ministère de l’Education mène une enquête sur des violations présumées des droits des étudiants indonésiens de l’université. Par exemple, selon les dires de 19 des 32 étudiants indonésiens de la classe confirmés par l’enquête du ministère de l’Education, les étudiants concernés par l’affaire travaillaient entre 48 et 54h par semaine tout en n’en pouvant déclarer que 20, avec la menace d’être rapatriés en Indonésie en cas de refus. Or les étudiants salariés à Taiwan ne sont autorisés à travailler que 20h par semaine.

Yang Yu-huei a ajouté que le passeport et la carte de résident des élèves leurs avaient été confisqués par l’agence intermédiaire. De plus, les frais de scolarité, de nourriture, de dortoir et d’autres frais avaient été déduits de leur salaire pour une valeur moyenne de 15000 dollars taiwanais (environ 425 euros) sur un salaire moyen de 29000 dollars (environ 820 euros), soit plus de la moitié, et ce sur une période de 8 mois. L’université prétend de ne pas être informée de cet abus.

Le vice-ministre de l’Education Lio Mon-Chi (劉孟奇) a assuré que son ministère mènerait une enquête en profondeur : « Les droits et intérêts bafoués doivent être rétablis. L’argent doit être retrouvé. Si cet argent est passé par l’école, alors la sanction de l’université sera très lourde. Si ce n’est pas le cas, c’est qu’il y a eu d’excroquerie. »

L’Université Chienkuo est empêtrée dane une affaire similaire depuis plusieurs mois, et a reçu l’interdiction de recruter des étudiants étrangers pour la prochaine rentrée scolaire. Malheureusement d’autres universités taiwanaises sont impliquées dans des affaires d’exploitation d’étudiants d’Asie du Sud-Est.