Taiwan, les Pescadores et Matsu pourraient ne plus être considérées comme des zones contaminées par la fièvre aphteuse

15
(image : wikipedia)

L’épidémie de fièvre aphteuse qui a commencé à toucher Taiwan en 1997 a eu d’importantes répercussions sur l’économie et sur la filière porcine. Selon les chiffres du gouvernement, les pertes s’éleveraient à plus de 170 milliards de dollars taïwanais, soit environ 4,87 milliard d’euros. La maladie a paralysé les exportations vers le Japon qui représentaient pourtant plus de 60 milliards de dollars taiwanais, c’est-à-dire 1,7 milliard d’euros par an.

En juillet 2018, après de nombreuses années d’efforts, Taiwan, les îles Matsu et les Pescadores ont cessé d’administrer le vaccin de la fièvre aphteuse. Les cochons ne sont plus contaminés par le virus et il a aussi été confirmé que le virus de la fièvre aphteuse n’était plus en activité dans l’environnement.

Taiwan répond désormais aux critères de zone indemne de fièvre aphteuse sans vaccination de l’Organisation mondiale de la santé animale (OIE). La commission ministérielle de l’Agriculture a décidé de faire une demande avant septembre auprès de l’OIE pour faire officiellement reconnaître l’absence de la maladie sur ces territoires.

Huang Chin-cheng, vice-président de la commission a déclaré : « Nous devons faire la demande à l’OIE avant le mois de septembre, ainsi durant l’assemblée de l’OIE en mai prochain, il sera annoncé aux autres états membres internationaux si Taiwan (et donc les îles Pescadores et Matsu) est devenu une zone indemne de fièvre aphteuse .»

Huang Chin-cheng a aussi déclaré que cette maladie se propageait plus largement que la peste porcine africaine. Cependant, la situation de ces deux maladies, notamment en Chine et dans les pays d’Asie du sud-est, est très sérieuse. Le défi que Taiwan doit relever ne fait que commencer. Cela nécessite d’organiser une prévention commune.

De surcroît, le vice-président de la commission a aussi ajouté que la propagation des maladies porcines dans les pays voisins avait fait augmenter le prix de la viande de porc. Cependant, la consommation domestique de porc reste encore dépendante des importations entre 5 et 10%. Il est, toujours nécessaire que Taiwan assure son auto-suffisance avant de penser à de nouvelles exportations.