Voyage d’Etat de Tsai Ing-wen : les transits par les Etats-Unis font réagir la Chine

28
Source : AP

Du 11 au 22 juillet, la présidente taiwanaise Tsai Ing-wen (蔡英文) se rendra en visite officielle en Haïti, à Saint Christophe-et-Niévès, à Saint Vincent-et-les-Grenadines et à Sainte Lucie. Au total, la présidente sera amenée à passer 4 nuits aux Etats-Unis lors de ses deux escales. La commission ministérielle des Affaires continentales a déclaré ce premier juillet « qu’il relevait du droit et d’une attente du peuple tawanais que le pays maintienne l’amitié avec ses alliés diplomatiques et qu’il mène des échanges normaux avec chaque partie ».

Invité à réagir sur le sujet, Geng Shuang (耿爽), porte-parole du ministère des Affaires étrangères chinois, a déclaré que la Chine s’était toujours formellement opposée aux contacts officiels entre les Etats-Unis et Taiwan. Il a déclaré s’être adressé aux Etats-Unis sur ce sujet et les a invités à respecter le principe d’une seule Chine ainsi que les dispositions des trois communiqués conjoints sino-américains. Il a aussi convié les Etats-Unis à ne pas laisser la présidente taiwanaise à effectuer des escales sur le sol américain et à être prudent dans leur gestion du cas de Taïwan afin de ne pas entacher les relations sino-américaines ainsi que la paix et la stabilité dans le détroit de Taïwan.

En réponse à cette réaction, la commission ministérielle des Affaires continentales a déclaré que le parti communiste chinois refusait d’admettre l’existence de Taïwan et qu’il appliquait depuis longtemps son principe « d’une seule Chine » sur la scène internationale. La commission ministérielle a ajouté que ces tentatives n’entraveraient pas la détermination de Taïwan d’établir des liens internationaux et que le gouvernement ne se soumettrait pas aux pressions qui risqueraient d’impacter ses relations diplomatiques.

Un porte-parole du département d’Etat des Etats-Unis a indiqué que leur pays permettait aux représentants du gouvernement taiwanais de transiter par leur territoire et que cette coordination reposait sur des principes de sécurité, de confort, de commodité et de dignité pour les passagers.