Le terme « aborigène » fête ses 25 ans à travers une exposition

14
Source : Rti

Alors que la journée nationale des aborigènes du 1er août se profile, une exposition organisée par la commission ministérielle des affaires aborigènes et la bibliothèque nationale ouvre aujourd’hui ses portes pour revenir sur l’histoire du terme « aborigène (原住民) » qui fête ses 25 ans.

Plusieurs personnalités étaient présentes lors du vernissage, comme par exemple le prêtre Shih Ming-hsiung (石明雄), venu témoigner de sa participation au mouvement contre le mythe de Wu-feng en 1987, ou la chanteuse Inka Mbing de la tribu Atayal, autrefois figure du mouvement des aborigènes.

Icyang Parod, président de la commission ministérielle des Affaires aborigènes est d’ailleurs revenu sur l’histoire du terme « aborigène », fruit d’un combat long de dix ans : « À cette époque, le président de la République Lee Teng-hui (李登輝), a pris conscience que la pression populaire pour ce changement était de plus en plus forte. C’est alors qu’en 1994, lors d’une réunion organisée dans le parc culturel aborigène de Pingtung, il a annoncé que le terme « compatriote des montagnes » (山胞) longtemps utilisée dans la société taiwanaise, sera remplacée par « aborigène ». En juin de la même année, plus de 3 000 personnes se sont rassemblées devant le palais présidentiel pour se faire entendre. Au fil des jours, notre force était de plus en plus forte, si bien que le 28 juillet et après deux sessions de vote de l’amendement de la constitution, nous sommes devenus des « aborigènes ». »

Le ministre espère que les nouvelles générations pourront découvrir cette facette de l’histoire taiwanaise à travers cette exposition.