Le gouvernement taiwanais réagit aux violences à Hong Kong

28
Source : Reuters

Les récentes manifestations à Hong Kong ont été la cible d’incidents violents. Des individus armés, non-identifiés et vêtus de blanc ont agressé des passagers de la station de métro Yuen Long (元朗). Ces personnes sont soupçonnées d’être des membres des triades hongkongaises, et la police de la ville est d’ailleurs suspectée de collusion avec ces groupes notamment parce qu’elle n’est pas intervenue suffisamment rapidement pour empêcher les agressions. De plus, de nombreux témoignages rapportent que les forces de l’ordre auraient fermé les yeux face à certains agresseurs.

Le premier ministre, Su Tseng-chang (蘇貞昌), a qualifié la situation à Hong Kong de choquante et d’affligeante, déclarant que « n’importe quel gouvernement qui tolère la violence organisée contre des personnes sans défense doit être tenu responsable. A Taiwan, nous sommes aussi passés par un régime autoritaire et un gouvernement violent, mais le peuple taiwanais a usé de sagesse, de persévérance et d’efforts considérables pour arriver pas à pas à la liberté et à la démocratie d’aujourd’hui ». 

Une déclaration du groupe Hong Kong Outlander, formé par des étudiants hongkongais à Taiwan, accuse la police hongkongaise de collusion avec les triades dans le but de semer la panique par la violence au sein de la société hongkongaise. Ils suspectent aussi le gouvernement chinois d’être lié à ces événements. En outre, la déclaration met aussi en cause les méthodes employées par la police pour disperser la foule lors des manifestations d’opposition au gouvernement chinois. Le groupe « Hong Kong Outlander » accuse également plusieurs membres du conseil législatif, dont Junius Ho (何君堯), d’avoir fait l’éloge des actes de violence survenues dans la station de métro. Le groupe appelle enfin la communauté internationale à prendre des mesures.