Dernier signal d’alarme pour les récifs d’algues de Datan avant le début des travaux de CPC

8
Les récifs d’algues de Datan abritent un écosystème d’une grande diversité (Image : CNA)

Un groupe de militants écologistes a lancé un dernier cri d’alerte à l’attention du gouvernement, appelant ce dernier à déclarer « zone naturelle protégée » les récifs d’algues corallines de Datan, dans la ville de Taoyuan.

Ces récifs d’algues, qui s’étendent sur 200 mètres, ont été formés il y a quelque 7000 ans et abritent un écosystème d’une grande diversité, comme par exemple les sternes naines, qui s’y donnent rendez-vous à leur retour de migration.

Une conférence a été organisée hier par le député KMT Hsu Yu-jen (Jason Hsu, 許毓仁) pour protester contre la compagnie pétrolière taiwanaise CPC, qui a pour projet d’y construire une troisième station de réception de gaz naturel liquéfié.

Pan Chong-cheng (潘忠政), fondateur de l’Alliance pour l’action pour les récifs coralliens de Datan, estime que les travaux, qui doivent commencer sous peu, altèreront à jamais le fragile équilibre de cet écosystème : « Si CPC n’arrête pas immédiatement les travaux, nous considèrerons que les soit-disants efforts du développement durable de Taiwan du premier ministre ne sont que de belles paroles. Nous ne voulons pas que notre génération devienne coupable envers la prochaine. Nous souhaitons que CPC cesse immédiatement la construction, et que l’organisme compétent déclenche la procédure d’évaluation pour la création d’une zone naturelle paysagère. »

Une étude publiée récemment par l’Academia Sinica et commandée par la Commission ministérielle de l’Agriculture a par ailleurs montré que la côte de Datan abrite l’unique site au monde d’une espèce de corail, ajoutant à sa valeur naturelle.