La commission de l’Agriculture met fin à un contrat portant sur des images satellites

9
Source ; Rti

Depuis 2008, la commission ministérielle de l’Agriculture utilise des images satellites pour améliorer l’estimation de la production agricole, des types de cultures et leurs superficies commission  l’année suivante. Ces images servent aussi à planifier la production et la commercialisation. La commission obtient ces images par le biais d’appels d’offres internationaux. Par le passé, la plupart des sources d’images satellites provenaient de pays européens, dont la France, ou encore des Etats-Unis. Cependant, en mai de cette année, un fabricant taïwanais ayant remporté un nouvel appel d’offre utilisait principalement des images satellites provenant de Chine. Du fait de la sensibilité de ces éléments, la commission ministérielle de l’Agriculture a mis fin au contrat avec le fabricant le 22 juillet dernier.

Chen Junne-Jih (陳駿季), vice-président de cette commission a souhaité lever les doutes sur cette décision lors d’une conférence de presse. Il a d’ailleurs rappelé que la méthode d’obtention des images satellites de son organisme était similaire à celle des universités ou instituts de recherche. Chen Junne-Jih a déclaré: « C’est une transaction normale. L’utilisation commerciale d’images satellites est une transaction normale. Cependant, en considérant l’avis de l’opinion publique, nous préférons être prudents dans la manière de traiter ce problème. Quant à savoir si l’utilisation de ces images viole la sécurité nationale, cela ne relève certainement pas de la compétence de la commision ministérielle de l’Agriculture. Mais au regard de nombreuses réglementations en vigueur, nous sommes conformes avec ces règlements. A présent, après avoir inspecté les réglementations en vigueur, il ne subsiste pas de problème de sécurité. »

Le vice-président de la commission a également expliqué que le gouvernement était en train de rédiger des réglementations en ce qui concerne la question de sécurité informatique relative à la Chine. Il a aussi rappelé que la commission de l’Agriculture devait faire preuve de prudence et qu’elle suivra les normes fixées par les instances supérieures.