L’équipe taiwano-canadienne iAuto intègre les finalistes du concours mondial du transport autonome de Dubai

24
projet de transport autonome de l'équipe taiwanaise iAuto (photo CNA)

Le Dubai World Challenge for Self-Driving Transport est un concours organisé sur plusieurs années. La finale aura lieu les 15 et 16 octobre prochain à Dubai. Parmi les finalistes dans la catégorie startup, une équipe taiwano-canadienne se retrouve dans le peloton des finalistes avec deux autres candidats : Derq, une startup de Dubai et Sensible 4, une startup finlandaise. L’émirat a pour projet d’avoir une ville où les véhicules se conduisent par eux-mêmes. L’objectif est que 25% du trafic de transports à Dubai soit réalisé par les véhicules autonomes.

L’équipe Taiwan iAuto a gagné les faveurs du jury, principalement grâce a leur conception qui répond aux critères internationaux de sécurité de fabrication d’un véhicule, leur faible coût et l’amélioration générale des performances et de la fiabilité du véhicule. Un autre atout du projet iAuto est la conception d’un système hybride plus performant qu’un modèle tout électrique.

Le porte-parole de l’équipe iAuto, Lin Ming-chan (林明彥), nous explique : « C’est le premier véhicule hybride autonome au monde. Il peut utiliser la force motrice à essence et la force motrice électrique. Pourquoi avons-nous choisi cette plate-forme, c’est parce que pour l’instant, peu importe si la conception est une modification d’un modèle existant ou une création intégrale, les véhicules autonomes sont conçus pour des déplacements à faible vitesse et c’est souvent en ville, la vitesse est sous les 20 km/h. Maintenant on fait un véhicule plus gros, qui peut transporter plus de personnes et dont la vitesse peut atteindre 30 à 40 km/h. Le véhicule peut également monter et descendre les pentes ou bien conduire dans les virages. »

L’équipe taiwanaise saura si son projet gagnera un prix le 15 octobre prochain. Parmi les prix, une récompense d’un million de dollars américains récompensera le lauréats et de 500000 dollars américains pour le second sont à la clé avec des opportunités d’investissements de DubaI.