Le bras de fer se poursuit entre Taipei et Hong Kong sur le dossier de Chan Tong-Kai

26
Chan Tong-kai (au centre), assassin présumé de sa copine enceinte, a retrouvé sa liberté à Hong Kong (photo : Reuters - TPG)

Ce mercredi 23 octobre, Chan Tong-kai (陳同佳), assassin présumé de sa copine enceinte Poon Hiu-wing (潘曉穎), a été remis en liberté conditionnelle à Hong Kong après 19 mois de détention pour blanchiment de sommes volées.

Le meurtre, qui avait inspiré les autorités hongkongaises à rédiger le texte d’extradition très controversé, a cependant eu lieu à Taiwan. Selon la loi de l’ancienne colonie britannique, les autorités judiciaires hongkongaises ne doivent pas se saisir de dossiers ayant lieu à l’étranger. Ainsi, bien que l’assassin présumé et la victime soient tous deux Hongkongais, selon le système judiciaire hongkongais, aucun procès ne sera intenté contre Chan Tong-kai.

C’est ce que le gouvernement de l’administration spéciale tient à souligner dans sa réponse à l’appel du gouvernement taiwanais qui réclame depuis février 2018 le soutien de la justice hongkongaise pour procéder à l’arrestation de Chan Tong-kai. Jusqu’ici, cette demande restait sans réponse. En revanche, le gouvernement hongkongais a déclaré que Chan Tong-kai se rendrait à Taiwan de sa propre initiative pour le procès du meurtre, rejetant ainsi l’envoi de policiers judiciaires taiwanais à Hong Kong pour le transfert du suspect recherché.

La commission ministérielle des affaires continentales (MAC) de Taiwan a répété aujourd’hui son appel en accusant les autorités hongkongaises d’exposer les co-passagers au danger en laissant Chan Tong-kai prendre l’avion sans escorte des forces de l’ordre. « La partie hongkongaise continue à ignorer le dossier et à persister dans la législation de la loi d’extradition vers la Chine, ce qui a provoqué le malheur de tout le monde. Alors que les Hongkongais ne décolèrent pas, elle refuse d’accorder son soutien judiciaire à Taiwan. Elle devra alors assumer toutes les conséquences qui s’ensuivront, » a martelé Chiu Chui-cheng (邱垂正), vice-président de la commission des affaires continentales. Chan Tong-kai n’a pas indiqué la date de son voyage vers Taiwan.

Peu après la déclaration de Chiu Chui-cheng, un coup de théâtre est survenu à la chambre des représentants hongkongaise, qui a rétabli sa session aujourd’hui. Durant la session, John Lee Ka-chiu (李家超), chef général de la police hongkongaise, a annoncé le retrait définitif du projet de loi d’extradition, après près de sept mois de manifestations dans les rues de Hong Kong.