La reconnaissance faciale sera exclue du système de surveillance des gares

9
Image saisie par la caméra de surveillance du chemin de fer (crédit de la société du chemin de fer)

Suite à l’attaque du métro de Taipei en 2014 et au suicide à la bombe dans la gare de Songshan en 2016, le bureau des voies ferrées du ministère des Transports a préparé la mise en place d’un système intelligent de surveillance dans les gares. Le projet initial avait prévu d’intégrer au système la reconnaissance faciale. Selon le bureau, le logiciel devrait notamment servir à reconnaître les criminels recherchés par la police.

L’annonce ayant soulevé des doutes de la population concernant la protection des informations personnelles, le bureau a aujourd’hui annoncé sa décision de ne pas intégrer la reconnaissance faciale au système de surveillance dans les gares. Il a rassuré que les dispositifs ne seraient utilisés que pour signaler automatiquement les situations anormales telles que la pénétration de voyageurs dans les zones interdites, les chutes de passagers sur les rails ou encore la présence prolongée et suspecte d’individus.