La Justice souligne l’importance de la coopération judiciaire avec Hong Kong

8
Ministre Tsai Ching-hsiang (archive CNA)

Les autorités de Hong Kong ont refusé de remettre à Taiwan un Hongkongais accusé d’avoir commis un meurtre à Taiwan en raison du fait que les deux territoires n’ont pas signé d’accord d’extradition. Se disant vouloir combler cette lacune, le gouvernement de Carrie Lam avait proposé une loi d’extradition avec plusieurs autres territoires, dont Taiwan et la Chine. C’est précisément ce projet de loi qui a provoqué la vague de manifestations à grande échelle dans les rues de Hong Kong.

Récemment, les médias hongkongais ont rapporté qu’un Taiwanais est rentré à Taiwan peu après un vol à l’arraché durant un très bref séjour à Hong Kong. Cependant, le pouvoir judiciaire taiwanais n’a reçu du gouvernement hongkongais aucune information sur ce dossier.

Aujourd’hui, les députés ont interrogé le ministre de la Justice Tsai Ching-hsiang (蔡清祥) à ce sujet. « Tout pays peut faire face à une telle situation. S’il existe une coopération judiciaire entre les deux pays concernés, il n’y a pas d’obstacle pour traduire les criminels en justice, peu importe le lieu du crime ; et la question de juridiction ne se pose pas. Les deux parties peuvent décider ensemble des moyens pour repérer et traquer les suspects. C’est la meilleure solution de coopération pour défendre la justice », a exprimé Tsai Ching-hsiang.

Le ministre a souligné que selon le code pénal taiwanais, la Justice de Taiwan dispose de la juridiction pour juger tout acte criminel perpétré par ses ressortissants s’il s’agit d’un acte passible d’une peine minimale de trois ans d’emprisonnement, même si le crime est commis à l’étranger.