Un nouveau mécanisme pour redynamiser l’élevage de crevettes

5
L'Institut de la recherche sur la pêche présente les fruits de ses recherches sur l'élevage de crevettes à pattes blanches (photo RTI)

Le secteur de l’élevage de crevettes à Taiwan a connu son pic dans les années 1980, atteignant les 45% de la production mondiale de crevette géante tigrée en 1987. Mais l’année suivante, une maladie contagieuse avait fatalement frappé l’ensemble du secteur, le plongeant dans un déclin continu. Plus tard, la crevette à pattes blanches a remplacé la crevette géante tigrée pour devenir la principale espèce de l’élevage de crevettes d’eau salée du pays sans toutefois permettre un redressement significatif du secteur. Pour répondre à la demande intérieure, Taiwan se voit obligé d’importer énormément de crevettes.

Hier, l’institut de la recherche sur la pêche, rattaché à la commission ministérielle de l’agriculture, a tenu une conférence de presse, appelant les exploitants à moderniser leurs installations. Chen June-Ru (陳君如), directeur général de l’Institut a précisé : « La demande intérieure de crevettes d’eau de mer se situe à quelques 50 mille tonnes, dont 30 mille tonnes sont importées, 10 mille tonnes proviennent des fermes d’élevage et 10 mille tonnes sont fournies par la pêche en mer. Si nous pouvons augmenter la productivité des exploitations, nous serons en mesure de satisfaire pleinement la demande intérieure. »

L’Institut a mis en place des fermes modèles et propose des crevettes d’alevin exemptes d’agents pathogènes spécifiques (SPF : specific pathogen free). Il invite les intéressés à coopérer avec l’Institut. Selon son estimation, si plus de 800 hectares d’exploitations adoptent le nouveau mécanisme, le pays sera de nouveau autosuffisant.