Lutte contre les ingérences de Pékin dans les élections taiwanaises

12
Le vice-ministre de la Justice Chen Ming-tang (g.) s'exprime au Parlement (image de la chaîne parlementaire)

La commission parlementaire des affaires intérieures a invité aujourd’hui dix institutions ministérielles à présenter leurs contre-mesures face aux tentatives de Pékin d’interférer dans les élections présidentielle et législatives du 11 janvier 2020.

Selon la commission ministérielle des affaires continentales, la manipulation de Pékin n’est plus un secret et Taiwan n’est pas le seul pays visé. La commission coopère déjà avec le ministère de l’Intérieur et le Bureau de l’immigration pour filtrer les ressortissants chinois se rendant à Taiwan.

Quant au ministère de la Justice, il a révélé les tactiques employées par la Chine à l’encontre de la démocratie de Taiwan, à savoir le financement indirecte de certains candidats, la corruption des médias et des agences de sondages dans le but de faire circuler des informations biaisées, la corruption des groupes de la société civile ou des individus pour organiser des manifestations ou collecter des informations contre certains candidats, mais aussi la proposition faite à des électeurs taiwanais d’effectuer des visites gratuites en Chine.

Pour sa part, le ministère des Affaires étrangères a affirmé qu’il continuerait à coopérer avec des pays étrangers pour lutter contre l’ingérence chinoise.