Huit Taiwanaises victimes d’abus sexuels lors d’un visa de travail en Australie

27
(Image : Needpix)

Le ministère taiwanais des Affaires étrangères a confirmé aujourd’hui le rapport de United Workers Union de l’Australie. Ce dernier a dévoilé que huit jeunes Taiwanaises avaient été victimes d’abus sexuels dans une ferme australienne.

Ce dossier remonte à 2018 et aucune des huit femmes n’avaient sollicité de l’aide auprès du gouvernement taiwanais. La porte-parole du ministère des Affaires étrangères Joanne Ou (歐江安) a rappelé aux Taiwanais sur place la présence du Bureau de représentation de Taiwan en Australie :

« Le plus important est de rappeler à nos ressortissants qu’ils doivent, lors d’un visa vacances-travail, prendre des mesures pour se protéger, rester en alerte et, qu’en cas de situation similaire, ils doivent impérativement alerter immédiatement le Bureau de représentation de Taiwan sur place ou bien le ministère des Affaires étrangères. »

Les victimes travaillaient dans une ferme de fruits dans la région de Riverland, dans le sud de l’Australie, dans le cadre du visa 457, un visa de travail sponsorisé par un employeur australien. L’employeur est accusé d’avoir forcé les victimes à accomplir des actes sexuels pour obtenir l’autorisation de faire des heures supplémentaires afin de couvrir leurs frais de vie dans la ferme.

En effet en plus la location d’une maison à trois chambres à 350 dollars australiens par semaine, l’employeur demandait aux victimes 120 dollars australiens (15 euros) par personne et par semaine pour l’hébergement, en plus de 20 dollars australiens (12,3 euros) pour l’internet et 25 dollars australiens (15,4 euros) pour les transports. Or le salaire des victimes était insuffisant puisque ces dernières n’étaient payées que 16 dollars de l’heure (10 euros), moins que le salaire minimum légal en Australie (18,93 dollars) et moins que le salaire moyen pratiqué dans les fermes du pays (entre 20 et 25 dollars, soit 12,3 à 15,4 euros).