Hsu Tzong-li appelle à défendre l’indépendance de la Justice

73
Source Rti

Chen Shih-meng (陳師孟), membre du comité du Yuan de contrôle, a causé une controverse en exprimant son intention de convoquer la juge chargée de l’affaire impliquant l’ancien président Ma Ying-jeou (馬英九). Ce dernier a été innocenté des chefs d’accusation qui pesaient sur lui concernant la divulgation de secret d’Etat. Chen Shih-meng, à caractère indépendantiste, avait déjà convoqué des juges qui ont rendu coupable de corruption et de blanchiment d’argent, l’ancien Président Chen Shui-bian, du parti démocrate progressiste.

En réaction, Hsu Tzong-li (許宗力), président du Yuan de Justice, a déclaré aujourd’hui que la démocratie est devenue le consensus le plus solide de tout le peuple taiwanais. Cependant, il a indiqué qu’avec la montée des forces populistes dans le monde ces dernières années, il constate que certains pays d’Europe de l’Est ont progressivement perdu leur âme démocratique parce que l’État de droit dans ces pays s’érode constamment et que l’indépendance de la justice y est souvent touchée.

Il a déclaré que l’indépendance judiciaire signifie pour lui non seulement une non ingérence de l’Etat avant le jugement, mais aussi une immunité après le jugement. Selon lui, si un juge fait l’objet d’une enquête ou d’une révocation pour des opinions juridiques différentes, il sera toujours soumis aux différentes pressions pour ses jugements.

Hsu Tzong-li a déclaré : « Ce processus d’enquête mettra les juges dans des situations difficiles où ils pourront commettre facilement des erreurs. Les juges seront sous la pression de la révocation et de punitions tout au long de leur travail. Sous intimidation, à long terme, l’appareil judiciaire peut progressivement s’affaiblir et les juges sont obligés de s’autocensurer pour éviter des règlements de compte ultérieurs. Ils feront des jugements plus sûrs et négligeront la nécessité de la poursuite de la justice dans le domaine du droit. En même temps, il sera plus difficile pour nous de nous attendre à ce que les juges soient capables de faire face à la colère du public et osent rendre des jugements pour mieux protéger quelques-uns. »

Il a ajouté que la protection du pouvoir judiciaire ne signifie pas qu’il échappe au contrôle de la séparation des pouvoirs. Différents mécanismes existent déjà pour respecter l’indépendance du jugement et la séparation des pouvoirs. Le Yuan de contrôle à Taiwan dispose du droit de contrôle surtout dans le domaine des comptes publics et d’un pouvoir de révocation des agents publics.