Le processus de destitution visant le maire de Kaohsiung franchit sa seconde étape

64
Yeh Ching-yuan, avocat de Han Kuo-yu, demande la suspension des procédures de destitution à l'encontre de son client (photo CNA)

Après une longue vérification, la Commission centrale des élections a validé 29 000 demandes en faveur d’un vote pour destituer l’actuel maire de Kaohsiung Han Kuo-yu (韓國瑜) collectées et déposées par le groupe WeCare et le Taiwan Statebuilding Party. Aujourd’hui, au nom du maire en question, l’avocat Yeh Ching-yuan (葉慶元) a déposé une plainte auprès de la Cour administrative de Taipei, réclamant la suspension de toutes procédures de destitution. Selon l’avocat, la campagne a violé la loi sur la destitution, qui prescrit que le processus de destitution ne peut être enclenché durant la première année du mandat de l’élu.

Il a également affirmé que certaines demandes ont été collectées avant la date approuvée. « Je ne sais pas si la position d’un quelconque parti politique est à l’origine de la décision illégale de la Commission électorale de valider toutes les demandes. Il ne doit pas relever de la compétence d’une institution administrative de décider si les demandes sont valables ou non. Ce jugement doit être fait par la Justice. C’est pourquoi nous déposons une plainte aujourd’hui et demandons la suspension des procédures de destitution, » a plaidé l’avocat de Han Kuo-yu.

Par ailleurs, l’avocat a transmis l’appel de la mairie aux habitants de Kaohsiung de concentrer leurs efforts plutôt dans la lutte contre le COVID-19 que dans le processus de destitution qui coûtera à la ville 110 millions de dollars taiwanais (3 363 000 €).