Le ministère de la Défense interrogé par les députés au sujet de Kinmen et Matsu

19
Grand pont de Kinmen (Image : archive CNA)

Le ministère de la Défense et la commission ministérielle des affaires océaniques ont aujourd’hui présenté un rapport devant le Yuan législatif au sujet de la menace des milices chinoises à la sécurité nationale taiwanaise.

Le vice-ministre de la Défense Chang Che-ping (張哲平) a dit respecter les conclusions académiques concernant le rôle et les conditions de défense des deux archipels en cas de conflit avec la Chine, tout en précisant qu’il n’était pas tout à fait d’accord sur certains points.

Le vice-ministre a ainsi confirmé que si cela était possible, l’île principale de Taiwan apporterait son soutien à Kinmen et à Matsu si un tel soutien bénéficiait encore à l’île principale de Taiwan, mais que ces îles devraient également se préparer à se battre indépendamment en cas de nécessité.

Il a été précisé que les milices maritimes chinoises, qui agisssent plutôt dans les eaux de la mer de Chine orientale et la mer de Chine méridonale, n’étaient pas actives à Kinmen et à Matsu, mais que les exercices militaires annuels dits « Hanguang » comprenaient des simulations de cyberattaques et que la coopération serait renforcée avec ces îles afin de renforcer leur capacité de défense en cas d’attaques.

Le 16 mars dernier, des bateaux de pêche chinois avaient attaqué des garde-côtes taiwanais qui avaient entrepris de les chasser des eaux taiwanaises. Face aux questions des députés, les garde-côtes ont fait remarquer que cette attaque n’était pas le fruit d’une organisation pensée par des milices maritimes, mais plutôt un acte isolé de pêcheurs chinois.