Chang Gung trouve un anticorps monoclonal clé efficace à 90% contre le nouveau coronavirus

1226
Photo fournie par l'hôpital Chang Gung

Début avril, l’équipe composée des chercheurs de l’Université et de l’hôpital Chang Gung, de l’Academia Sinica, du centre médical du ministère de la Défense et de l’Université Oxford avaient identifié 25 anticorps monoclonaux sur les patients atteints du Covid-19. Aujourd’hui, l’hôpital Chang Gung annonce avoir trouvé un anticorps monoclonal capable d’empêcher le virus du SARS-CoV-2 de pénétrer dans le corps humain avec une capacité de l’inhiber allant de 90% à 98%.

L’anticorps identifié a d’ailleurs présenté le même effet de neutralisation de virus sur quatre souches de Covid-19 : les souches de Wuhan, des Etats-Unis, de l’Europe et de l’Egypte. Les chercheurs considèrent cet anticorps monoclonal comme l’un des plus potentiels pour développer un médicament. Shih Shin-ru (施信如), directeur du centre de recherche sur les infections virales émergentes de l’Université Chang Gung, a indiqué que contrairement aux produits pharmaceutiques qui nécessitent un temps de développement long avec des risques toxiques, les médicaments basés sur des anticorps fabriqués à partir de substances naturellement produites par le corps humain sont plus sûrs. Ces médicaments sont d’ailleurs capables d’indentifier des virus spécifiques et de les inhiber ou les éliminer sans affecter des cellules saines.

Shih Shin-ru a indiqué que son équipe prévoit de transférer le savoir-faire relatif à cet anticorps monoclonal à partir du moins de juin pour des essais de production en masse. Si tout le processus se déroule normalement, les médicaments pourront être commercialisés sur le marché d’ici la fin de l’année.