La Commission de justice transitionnelle s’engage à faire la lumière sur l’affaire Chen Wen-chen

42
Commémoration en hommage à Chen Wen-Chen (Image : Fondation Chen Wen-Chen)

39 ans après la mort, dans des circonstances mystérieuses, de l’activiste pro-démocratie taïwanais Chen Wen-chen (陳文成), la Commission de justice transitionnelle (CJT) a aujourd’hui promis de continuer à enquêter sur la mort de l’activiste, retrouvé mort sur le campus de l’Université nationale de Taïwan le 3 juillet 1981, en mettant l’accent sur la collecte des données à l’étranger.

Chen Wen-chen avait été interrogé la veille, par le Commandement de la garnison (Taiwan Garrison Command), un organe de sécurité connu pour sa répression d’activistes pro-démocratie pendant la période de la loi martiale à Taïwan. Un rapport de police avait, à l’époque, conclu à un suicide ou à un meurtre.

Mais un rapport de la Commission de justice transitionnelle publié en mai et a révélé qu’il s’agissait plus probablement d’un meurtre, impliquant possiblement les forces de sécurité de l’Etat-parti.

La présidente Tsai Ing-wen (蔡英文) a publié aujourd’hui un article sur Facebook pour commémorer la disparition de Chen Wen-chen, saluant les progrès de l’enquête tout en précisant que la vérité devait encore être recherchée. L’article contient un message aux Hongkongais, rappelant que sous le régime autoritaire à Taïwan, de nombreux jeunes gens avaient été arrêtés, emprisonnés et même tués de façon inexpliquée. Tsai Ing-wen a enfin ajouté que le passé de Taïwan ne devait pas « devenir le futur de Hong Kong », et qu’elle espérait que le travail de justice transitionnelle à Taïwan puisse redonner de l’espoir aux Hongkongais dans la poursuite de la liberté.