Une nouvelle forme de traitement du Covid-19 prometteuse découverte à Taiwan

218
Capture écran d'une vidéo de RTI

Le pois lablab (Lablab purpureus) aussi connu sous le nom de pois antaque est une culture tropicale répandue et il est cité dans de nombreux ouvrages de la médecine traditionnelle chinoise en tant qu’un élément capable de lutter contre les éléments « toxiques » pour le corps.

Après des années de recherche, l’Academia Sinica a récemment publié un article dans la revue scientifique « Cell Reports » sur la lectine FRIL extraite du pois lablab et sa puissante activité anti-grippale et anti-SRAS-CoV-2. La lectine FRIL peut se lier aux glucides à la surface du nouveau coronavirus inhibant ainsi l’infection virale et bloquant sa propagation dans le noyau cellulaire.

Simulation de lectine FRIL et les lablabs (Photo CNA)

Le chercheur de l’institut de recherche génomique de l’Academia Sinica a indiqué que la forme de lectine FRIL fait penser à un mini brise-vague dont la taille est d’environ 7 nanomètres 3. Elle possède quatre points saillants entièrement identiques qui lui permettent de se lier à plusieurs glucides aux alentours à la fois.

Même si les essais sur les animaux sont toujours en cours, l’équipe de chercheurs a déjà remarqué que des expériences sur les cellules de coronavirus prouvent que le SRAS-CoV-2 ne peut pas pénétrer dans la membrane cellulaire des cellules traitées par la lectine FRIL. Le taux d’infection peut rester limiter sous les 5%.

Les chercheurs ont précisé que la quantité de FRIL dans le pois lablab ne dépasse pas 1‰. Il faut ainsi davantage de recherche pour savoir comment utiliser cet élément dans la prévention ou dans le soin du COVID-19. L’incorporer dans un spray représente un emploi éventuellement envisageable.