Le gouvernement se donne quatre ans pour définir les territoires traditionnels des aborigènes

15

Dans le but de s’opposer aux réglementations sur la définition des territoires traditionnels des aborigènes que le gouvernement a adoptées en février de cette année, certains aborigènes campent devant le Palais présidentiel depuis cette date.

 

Ces manifestants estiment surtout que selon la définition du gouvernement, les anciens territoires des aborigènes appartenant de nos jours aux structures privées ou aux particuliers ne sont pas pris en compte. Aujourd’hui, le président de la commission ministérielle des affaires aborigènes Icyang Parod, interrogé par les députés au sujet de ces réglementations contestées, a indiqué que son organisme travaille à présent sur la définition des territoires traditionnels.

 

Actuellement, 268 villages aborigènes, soit 1/3 des vilages aborigènes, prévoient de définir les territoires traditionnels conformément aux réglementations en vigueur, son projet est d’achever la définition de territoire pour l’ensemble des 700 villages en quatre ans. Le groupe chargé des terrains fonciers étudient à présent l’historique et le transfert des territoires en vue de mener à bien le travail gigantesque de redéfinition des territoires traditionnels.