Les garde-côtes taiwanais défendent leurs opérations visant les chalutiers chinois

31

Le 6 mai au petit matin, les garde-côtes taiwanais ont intercepté un bateau de pêche chinois opérant dans les eaux des Pescadores. Ce bateau ne portant aucune inscription de son appellation pêchait illégalement dans les eaux taiwanaises avec des casiers à poisson. Pour fuir le contrôle, le vaisseau a navigué en zigzag et plusieurs marins s’étaient assis sur le bord du bateau les jambes à l’extérieur, une stratégie de bouclier humain visant à dissuader les approches des garde-côtes. Ces derniers ont tiré des balles en caoutchouc, blessant deux membres de l’équipage qui ont été transportés à l’hôpital aux Pescadores. Plus tard, les autorités chinoises ont réagi à cet incident en appelant la partie taiwanaise à cesser d’intercepter et de détenir leurs chalutiers.

En réponse à cet appel, les garde-côtes taiwanais ont souligné la légitimité de leurs opérations en avançant que la Chine a mis en place un moratoire sur la pêche du 1er mai au 16 août et que de ce fait, tous les chalutiers chinois concernés doivent suspendre leurs activités en mer. Par ailleurs, ils ont défendu les tirs de balles en caoutchouc en précisant qu’ils se conforment à toutes les dispositions régissant les actions de ce type.

Les garde-côtes ont aussi condamné les réactions de plus en plus irrationnelles des marins chinois face aux contrôles. En janvier dernier, un capitaine s’est amputé trois doigts dans le but de faire reculer les garde-côtes taiwanais. Malgré les demandes continues de Taiwan aux restrictions plus efficaces à mener par les autorités chinoises, aucune amélioration n’a été constatée. En 2016, 1 325 chalutiers chinois ont pénétré dans les eaux taiwanaises et cette année de janvier à la fin avril, le nombre total établit à 246 bateaux.