Viande de porc à la ractopamine, le gouvernement prône la sécurité avant tout

22

Le bureau de représentation de commerce des Etats-Unis (USTR) a publié un rapport le 31 mars dernier à propos des barrières commerciales à l’international. Dans celui-ci, l’institution a de nouveau souligné que Taïwan continuait de refuser l’ouverture totale à l’importation de viandes de boeuf et de porc dopés à la ractopamine. Quelques jours plus tôt, le ministre de la santé Chen Shih-chung [陳時中] a déclaré que l’autorisation à l’import de nourriture était non seulement une question de sécurité alimentaire mais aussi une question diplomatique et commerciale. Il a souligné que si la sûreté de la nourriture pouvait être assurée, il n’était pas opposé à ouvrir les frontières taiwanaises au porc américain.

 

Néanmoins, s’il y a un risque sanitaire, une ouverture ne doit pas être considérée pour des raisons politiques : « Pour moi, la sécurité vient en premier. Afin d’opérer un contrôle pour les citoyens, nous ne laisserons aucun autre facteur interférer avec notre position sur la sécurité alimentaire. Il n’y a pas de scénario prédéfini. Des personalités étrangères viennent en effet faire des demandes, mais nous avons notre propre positionnement : à savoir la sécurité avant tout. »