Le contrôle des comptes de la Ligue nationale des femmes n’a rien de politique

6

Dernièrement, le ministère de l’intérieur a procédé à un contrôle des comptes de la Ligue nationale des femmes. Ce mouvement, intervenu en amont d’une audition publique prévue au mois de mars par le comité du traitement des biens mal acquis par les partis politiques destinée à éclaircir le rapport entre la ligue et le parti Kuomintang, a soulevé des bruits. Aujourd’hui, lors d’une interview accordée à une radio locale, le ministre de l’intérieur Yeh Jiunn-Rong (葉俊榮) a nié tout motif politique dans le contrôle de comptes. « Comment l’argent a-t-il été utilisé ? Quelle est sa situation financière actuelle ? Les citoyens ont le droit de savoir. La transparence financière est indispensable et fondamentale. C’est ce que nous cherchons à réaliser. Toutes les procédés se conforment à la loi, » a-t-il expliqué.

 

A noter que la Ligue nationale des femmes, créée en 1950, était régulièrement financée par la dite « taxe pour les intérêts de l’armée » entre 1955 et 1989. Cette taxe obligeait les importateurs de produits étrangers à verser à l’Etat 50 centimes taiwanais pour chaque dollar américain qu’ils envoyaient à leur fournisseur. Au total, la Ligue des femmes aurait reçu pas moins de 100 milliards de dollars taiwanais à ce titre. Du fait que cette taxe spéciale n’était pas classée comme un impôt, son utilisation n’était pas soumise au contrôle régulier de l’Etat ou du parlement. Après la démocratisation du pays, la ligue, créée sous l’époque autoritaire du Kuomintang, a continué de nommer quasi exclusivement des personnalités influentes du parti Kuomintang à sa direction. Ceci a soulevé de nombreuses contestations.