L’évacuation des chalutiers à Okinotorishima était en considération de la sécurité

14

Mercredi soir, à la demande du bureau taiwanais de la pêche, la radio des pêcheurs a émis un appel au retrait des bateaux taiwanais opérant dans les eaux de l’atoll Okinotorishima car les garde-côtes japonais étaient sur le point de lancer une interception. Or, cet appel, jugé inapproprié par les marins, a soulevé le mécontentement de ces derniers. Ils se demandent pourquoi le gouvernement se restreint à chaque fois qu’il fait face aux Japonais.

 

Aujourd’hui, le porte-parole du gouvernement Hsu Kuo-yung (徐國勇) a tenté de justifier la réaction du gouvernement. « C’était parce que le navire de nos garde-côtes n’était pas encore arrivé sur le lieu alors que celui du Japon était déjà là. Nous avons appris que la partie japonaise avait envoyé des agents juste après leur arrivée. Comme notre navire était parti plus tard, pour éviter des endommagements inutiles de nos chalutiers, nous leur avons demandé de s’écarter. C’est pourquoi nous avons fait l’annonce d’évacuation. En fait, c’est une pratique courante depuis des années, » a précisé le porte-parole. Selon ce dernier, il faut normalement trois jours au navire des garde-côtes pour se rendre dans les eaux de Okinotorishima, située à plus de 1 500 km à l’Est de Taiwan.