La police a saisi une grande quantité de pesticides importés par voie clandestine

19

Une enquête conjointe de la police des aéroports et de la police du comté de Yunlin a conduit à la saisie de plus de 10 tonnes de pesticides illicites importés depuis la Chine. Un homme arrêté a avoué qu’il était responsable de la redistribution des produits aux clients à Taiwan. Une analyse laboratoire a été entreprise pour déterminer les composants chimiques des produits saisis. Feng Hai-tung (馮海東), directeur adjoint du bureau de quarantaine de la commission ministérielle de l’agriculture a précisé : « Les produits légaux sont régulièrement contrôlés. Les produits non contrôlés contiennent potentiellement des composants ou des ajouts inconnus. Les usines clandestines non soumises au contrôle pourraient utiliser des matières non autorisées et provoquer ainsi des conséquences imprévisibles. »

 

En plus des matières non autorisées, le bureau craint aussi un excès de quantité des matières dangereuses utilisées. Par exemple, si ces matières sont limitées à une part de 5% de la composition globale du pesticide mais qu’une usine clandestine les fait passer à 8%, ceci augmentera les risques pour la santé publique. Si pour le premier cas, on peut procéder à la récolte ou à la cueillette cinq jours après l’administration du pesticide, pour le 2nd cas, on doit prolonger la durée d’attente.

 

Le bureau de la quarantaine déconseille vivement aux fermiers d’acheter des pesticides de provenance douteuse en rappelant que selon la loi sur la distribution de pesticides, amendée en décembre 2014, la dernière en date, tout fermier ayant acheté des pesticides sans prescription ou sans faire de déclaration de l’achat auprès des autorités peut faire face à une amende de 15 000 à 150 000 dollars taiwanais, soit entre 434 et 4 345 euros. A l’heure actuelle, on dénombre une quarantaine d’usines de pesticides dans le pays.