Le comité de gestion des biens de partis politiques mal acquis entre en scène

19

Cette nouvelle organisation née de la loi sur le traitement des biens obtenus de manière inappropriée par les partis politiques commence aujourd’hui son travail de vérification. Le premier ministre Lin Chuan (林全) a fait un discours pour saluer ses débuts. Il a déclaré que l’apparition de ce comité accompagnait la montée d’une force citoyenne dans la société taiwanaise et des demandes de réforme de plus en plus importantes. Pour lui, s’attaquer aux biens mal acquis des partis politiques est une façon de faire face à un passé fait d’injustices et ainsi de faire avancer le processus démocratique de justice transitionnelle. Il s’agit aussi selon le premier ministre de créer un environnement de pluralité politique plus juste et de résoudre les problématiques historiques de la meilleure façon qu’il soit.

 

Lin Chuan a déclaré : « En 1990, l’Allemagne a également établi un comité indépendant chargé d’enquêter sur les biens des partis politiques et des grandes organisations qui a fonctionné jusqu’en 2006. Il lui a fallu 16 ans pour venir à bout de sa mission. Je peux imaginer que le travail à venir sera aussi compliqué et difficile. Nous devons nous préparer à un long travail de réformes nécessaires. »

 

De son côté, le nouveau président de ce comité, Wellington Koo (顧立雄), a expliqué lors d’un discours qu’il souhaitait que les biens mal acquis des partis politiques ne fassent pas l’objet de débats inutiles. Le pays a déjà vécu une période de loi martiale et trois alternances politiques mais le problème des biens mal acquis des partis politiques a subsisté. Wellington Koo a exprimé l’espoir de voir le travail du comité révéler au grand jour les cas de biens mal acquis des partis politiques afin que le processus démocratique puisse arriver à son terme.