Crash du vol TransAsia GE235 à Taipei : l’enquête conclut à une erreur de pilotage

20

Le conseil de sécurité de l’aviation (ASC) a publié aujourd’hui son rapport final sur les causes du crash de l’avion GE235 qui s’était écrasé dans la rivière de Keelung après avoir percuté une route surélevée, dans la capitale taiwanaise l’année dernière peu après le décollage.

 

Le rapport souligne sans ambiguïté une erreur humaine, le pilote n’ayant pas suivi la procédure d’urgence standard suite aux anomalies rencontrées. Le conseil de sécurité de l’aviation met également en évidence le manque de communication entre le pilote et son copilote dans le drame qui a coûté la vie à 43 personnes, sur les 53 passagers et 5 membres d’équipage à bord de l’appareil qui devait rejoindre l’île de Kinmen depuis l’aéroport Songshan de Taipei.

 

Le problème de communication dans le cockpit se démontre par le fait que l’un indiquait un défaut au niveau du deuxième réacteur tandis que l’autre persistait à réajuster le premier réacteur. Thomas Wang (王興中) détaille les raisons évoquées du crash : « Plusieurs désaccords apparaissent dans les discussions dans le cockpit et il apparaît clairement que les deux hommes ne parviennent pas à un consensus. Bien qu’il y ait un 3e pilote derrière, il semble également ne pas comprendre ce qui se passe. Et cela a duré jusqu’à la fin, soit vers 600 pieds où ils découvrent que les deux réacteurs ne génèrent pas de puissance, mais à ce moment là, il est déjà trop tard pour agir. »

 

Les enquêteurs rapportent également que le système automatique ATPCS de contrôle de puissance au décollage n’a pas été enclenché initialement, mais que le message d’erreur relatif a été ignoré par le pilote et que le manque d’entente au sein du cockpit a conduit à ce crash.