Le président de l’Academia Sinica est confronté à davantage de pression pour démissionner

7

Wong Chi-huey [翁啟惠], l’actuel président de l’Academia Sinica, la plus prestigieuse institution de recherche de Taiwan, fait face à des pressions accrues pour démissionner après sa rencontre avec le chef d’Etat. Soupçonné de délit d’initié et de corruption, il lui a été interdit de quitter le pays après avoir été assigné en justice. Sa démission était largement attendue le 21 avril lors de sa rencontre avec le président Ma Ying-jeou. Cependant, au lieu de cela, il a délivré une lettre dans laquelle il indiquait qu’il autoriserait son adjoint à gérer les affaires importantes de l’institut de recherche et qu’il transmettra sa position avant la fin de son mandat en octobre 2016 dès qu’un nouveau responsable aura été choisi.

 

Dans sa lettre, Wong, biochimiste de renommée mondiale, s’est de nouveau excusé pour la controverse causée par ses propos sur le résultat du test clinique de la société OBI Pharma, dans laquelle sa fille possédait des parts importantes. Il a nié tout délit d’initié ou manipulation de cours boursiers, affirmant qu’il n’a jamais vendu des technologies de l’Academia Sinica à des prix bradés. Pour l’heure, plusieurs députés tant du Kuomintang que du parti démocrate progressiste ont appelé Wong à démissionner de son poste afin que les activités de l’Academia Sinica puissent reprendre leur cours normal au plus vite.