Levée des restrictions pour l’emploi des travailleurs d’origine vietnamienne

18

Après dix ans de restrictions apposées à l’emploi de certaines catégories de travailleurs d’origine vietnamienne, Taiwan les accueille de nouveau administrativement depuis ce mercredi. En 2004, Taiwan interdisait l’emploi de pêcheurs vietnamiens et l’année suivante des aides à domicile, une trop grande proportion d’entre eux prenant la fuite durant la validité de leur contrat de travail. Si le domaine de la manufacture leur est resté ouvert, la fin de la période de restriction a sonné ce mercredi. Notons que le gouvernement avait annoncé cet assouplissement au mois d’avril alors que l’Indonésie annonçait l’interdiction progressive de l’expatriation de ses citoyens vers certains pays, dont potentiellement Taiwan, à partir de 2017 pour assurer la dignité de ses citoyens. Face à la possible pénurie en main d’oeuvre à Taiwan, le ministère du travail a assoupli ses mesures tandis que le gouvernement vietnamien doit renforcer la formation des employés appelés à partir travailler à Taiwan et impose des amendes sévères à ceux qui prennent la fuite, en guise de dissuasion. Au niveau du montant des amendes, le gouvernement vietnamien punira les fuyards d’une note de 150 000 dollars taiwanais, soit 4500 euros tout leur imposant une interdiction de sortie de territoire de trois ans.

Tout de suite, les explications de Liu Chug-chun, directeur du département du développement de la main d’oeuvre du ministère du travail qui a avancé que 10 000 nouveaux postes devraient être occupés par des nouveaux travailleurs vietnamiens d’ici trois mois: « Afin de se prémunir contre ceux qui prennent la fuite, nous avons imposé la signature d’un affidavit aux agences intermédiaires. A travers ce document, les agences s’engagent à avancer les frais nécessaires du billet d’avion et de rappatriement qui sont à la charge de celui qui a pris la fuite et qui a été rattrapé par le gouvernement. Ainsi, le gouvernement taiwanais n’a pas à prendre en charge ces frais et le nombre de personnes qui prend la fuite devrait diminuer. »

Notons que le gouvernement vietnamien avait imposé des amendes sévères aux travailleurs en fuite pour pallier au problème. De 10,2% en 2004, ils ne représentaient plus que 5,8% des travailleurs vietnamiens de Taiwan en 2014, selon les chiffres du ministère du travail. Cela reste cependant un pourcentage plus élevé que pour les autres nationalités de travailleurs étrangers à Taiwan qui prennent la fuite. Ils sont 3,9% parmi les Indonésiens et 0,56% parmi les Philippins, et encore moins parmi les Thaïlandais dont 0,48% manquaient à l’appel en 2014.