Le Musée National du Palais a réparé une antiquité japonaise

73
L'assiette brisée durant une exposition a été réparée par la technique "kintsugi" (photo : CNA)

Le 18 juillet 2017, au cours d’une exposition de porcelaines antiques japonaises dans la branche sud du Musée National du Palais à Taiwan, une assiette a glissée de son support et s’est trouvée sérieusement endommagée. La porceleine s’est cassée en trois parties. Il s’agit d’un trésor prêté par le Musée des Céramiques Orientales de Osaka. Après les discussions des deux parties concernées, le musée japonais a décidé de confier la réparation au musée taiwanais. Par ailleurs, ils se sont mis d’accord pour adopter la technique dite « Kintsugi », symbolisant « « réparation en or », pour procéder à la réparation de la céramique brisée.

Le restaurateur Lin Yung-chin (林永欽) a détaillé : « La réparation est basée sur une technique traditionnelle japonaise qui consiste à coller les morceaux cassés en y appliquant de la laque d’or, qui est un matériau naturel. » Selon le spécialiste, pour avoir le meilleur résultat, il faut garder la température de la laque entre 70 et 72°C, ce qui consiste en un grand défi. La particularité de cette technique est que l’objet restauré portera les traces de réparation. De ce fait, elle est rarement employée sur les trésors précieux. Compte tenu que l’assiette en question est un objet du quotidien, le musée propriétaire a choisi de conserver les traces de réparation.

Tetsuro Degawa, directeur du musée de Osaka a déclaré :  « Cette restauration qui ne rend pas à l’objet son aspect originaire mais lui créant une nouvelle valeur a une grande signification pour l’histoire des beaux-arts. Cette coopération va approfondir les relations et l’amitié entre nos deux musées. » Par ailleurs, le musée taiwanais a réalisé un film documentaire sur les processus de réparation.